Select Page

15 février – Voici une mise à jour concernant l’éclosion à Landrienne.

15 février SANTÉ-État de situation épidémiologique dans la MRC d’Abitibi

Cinquante-quatre élèves et membres du personnel de l’école de Landrienne ont reçu un test de dépistage le jeudi 11 février, en lien avec les trois classes où des cas ont initialement été confirmés. 131 autres élèves et membres du personnel ont été dépistés vendredi, le 12 février. La clinique mobile tenue le samedi a pour sa part permis de dépister 153 personnes supplémentaires, dont l’entourage des élèves et du personnel qui fréquentent l’école Notre-Dame-de-Fatima. Un total de 338 tests a été effectué.

Des prélèvements positifs de ces échantillons ont été acheminés au Laboratoire de santé publique du Québec afin de déterminer s’ils sont attribuables à un nouveau variant de coronavirus. Les résultats d’analyse sont attendus au cours des prochaines semaines.

Pour le moment, la source de l’éclosion n’a pas été identifiée. Les informations à la disposition de la Direction de santé publique permettent cependant d’affirmer qu’au moins une personne s’est présentée à l’école en ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19.

La situation dans la MRC d’Abitibi est présentement jugée sous contrôle. Au-delà de la fermeture de l’école Notre-Dame-de-Fatima et de trois classes de l’école secondaire d’Amos, la santé publique ne prévoit pas déployer de mesures de confinement supplémentaires pour le moment.

Fermeture temporaire de bulles-classes et de l’école de Landrienne

L’école de Landrienne est fermée jusqu’au 24 février inclusivement. Aussi, la fermeture de trois classes à l’école secondaire d’Amos a été exigée de manière préventive. Toutefois, il n’y a pas d’éclosion en cours aux pavillons La Forêt et La Calypso d’Amos, c’est-à-dire que ces lieux ne sont pas considérés comme des lieux de transmission. Toutes les personnes qui ont été en contact avec un cas confirmé de coronavirus, que ce soit à l’école, dans le transport scolaire ou à la maison, ont reçu des directives d’isolement et de dépistage de la santé publique.

Mesures de préventions

Toute personne qui présente de la toux, de la fièvre, des difficultés respiratoires, des nausées, la perte soudaine de goût ou d’odorat, une grande fatigue ou des douleurs non liées à un effort physique doit cesser ses activités sans délai jusqu’à l’obtention d’un résultat négatif à la COVID-19.

Les mesures préventives demeurent les mêmes – respect de la distanciation de deux mètres avec les autres, port du masque, lavage régulier des mains. 

Dépistage

Pour prendre un rendez-vous pour un dépistage, deux options sont disponibles :

En ligne : https://www.cisss-at.gouv.qc.ca/depistage-covid-19/

Ou contacter le 1 877 644-4545, du lundi au vendredi, de 8 h à 17 h et le samedi et dimanche, de 8 h 30 à 16 h 30.

Advenant un refus de se soumettre à un test de dépistage, il est demandé de respecter rigoureusement les directives d’isolement de la santé publique. Dans la cellule familiale, cela signifie que la personne qui a reçu un résultat positif ou qui a été identifiée comme contact d’un cas confirmé doit demeurer à l’écart des autres membres de la famille. Il est ainsi recommandé que cette personne :

•             demeure seule dans une pièce de la maison le plus souvent possible, incluant pour manger et pour dormir;

•             évite d’être en contact avec les autres membres de la maisonnée;

•             lorsqu’il est impossible d’éviter les contacts avec les autres membres de la maisonnée, respecte deux mètres de distance et de porter un couvre-visage;

•             utilise une salle de bain qui lui soit réservée si possible, ou la désinfecte après chaque utilisation.

Il est aussi recommandé d’aérer régulièrement la maison, par exemple en ouvrant une fenêtre. Les consignes à suivre pour la personne identifiée comme contact d’un cas confirmé de COVID-19 sont détaillées ici : https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/sante/documents/Problemes_de_sante/covid-19/20-210-18W_consignes-personne-identifiee-contact.pdf?1607459829.

Clinique de dépistage mobile

La clinique mobile de dépistage est déployée sur le terrain lorsque la santé publique a des raisons de croire qu’un cas confirmé de coronavirus a pu en générer d’autres dans un lieu fréquenté par plusieurs personnes, par exemple dans un milieu de travail ou dans une école. L’objectif est d’avoir un portrait clair de l’événement en cours et de prendre les moyens appropriés pour freiner rapidement la chaîne de transmission du virus. Pour le moment, il n’est pas prévu de déployer une clinique de dépistage mobile à l’École secondaire d’Amos, mais les heures d’ouverture au Centre dépistage d’Amos ont été accrues.