Select Page

TRANSPORT COLLECTIF RÉGIONAL L’ABITIBI-TÉMISCAMINGUE ET LE NORD-DU-QUÉBEC UNISSENT LEURS VOIX

TRANSPORT – La Conférence des préfets de l’Abitibi- Témiscamingue (CPAT) ainsi l’Administration régionale Baie-James (ARBJ) demande d’une seule et même voix la tenue d’un sommet sur le transport collectif régional. À cet effet, en mars 2018, la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue (CPAT) a transmis un avis au ministère des Transports, présentant six recommandations afin de favoriser le maintien et le développement du transport collectif régional interurbain. La recommandation phare issue de cette réflexion est la tenue d’un sommet à l’image du Sommet sur le transport aérien en région tenue à Lévis en 2018.

« Il est de largement connu et documenté que le transport collectif interurbain connaît de graves difficultés partout au Québec. Dans la plupart des régions, des circuits de transport sont abandonnés ou menacés de fermeture. Partout, les autorités locales et régionales mettent en place des initiatives à la pièce pour tenter de sauver les meubles », a déclaré Mme Claire Bolduc, présidente de la CPAT.

« Déjà nous prêchons par l’exemple en contribuant financièrement au maintien de lignes régionales qui autrement seraient abandonnées. La solution en place a un caractère temporaire, alors que la problématique est permanente. Sans une solution globale et à long terme, ils nous semblent impossible d’envisager l’amélioration des services aux usagers afin de relancer ce mode de transport collectif », a ajouté M. René Dubé, président de l’ARBJ.

 

UNE RESPONSABILITÉ QUI RELÈVE DE QUÉBEC

La question du transport collectif à l’échelle régionale ou provinciale relève spécifiquement du ministère des Transports qui est responsable du transport intra provincial de personnes et de marchandises effectuées par les entreprises locales comme l’autobus. La presque totalité des investissements s’articule essentiellement autour de projets visant les grands centres. Un important changement doit être initié au Ministère afin d’incarner avec cohérence sa mission qui consiste à assurer, sur tout le territoire, la mobilité durable des personnes et des marchandises par des systèmes de transport efficaces et sécuritaires.

« Le défi d’occupation, d’habitation et de vitalité du territoire est au cœur de nos actions comme gouvernements de proximités et c’est pour cette raison que nous sommes impliqués dans l’identification de solutions pérennes pour cette industrie. Cependant, le gouvernement doit assurer son leadership et initier la tenue d’un tel exercice », a précisé M. René Dubé, président de l’ARBJ.

« La situation actuelle impose des choix collectifs et sans une solution globale et à long terme, ils nous semblent impossible d’envisager l’amélioration des services aux usagers afin de relancer ce mode de transport collectif. Pour inverser la tendance, seuls une réflexion élargie, une vision concrète de déploiement de ce service et un investissement dans le transport collectif régional pourront faire la différence », a conclu Mme Claire Bolduc, présidente de la CPAT.