COUP DE THÉÂTRE, UN BAPE dans l’affaire Sayona Québec

COUP DE THÉÂTRE dans l’affaire Sayona Québec, cette entreprise visant l’exploitation d’un mine de lithium à proximité de l’esker St-Mathieu-Berry. Le gouvernement du Québec annonçait en effet ce matin, par voie de communiqué repris par de nombreux médias incluant Radio Canada, Abitibi-Témiscamingue, que le projet de la compagnie australienne Sayona sera finalement soumis au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), après avoir longuement jonglé avec la possibilité de ne pas le faire.

Le ministre de l’Environnement Benoit Charette a donc annoncé ce matin que le projet de mine à ciel ouvert de lithium « est assujetti à la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement menant au BAPE », rapporte Radio Canada.

Le ministre explique qu’après analyse, ses fonctionnaires en sont venus à cette conclusion. « En effet, selon les documents déposés par l’entreprise dans le cadre de sa demande d’autorisation, le projet minier aura une capacité maximale journalière d’extraction supérieure au seuil de 2000 tonnes métriques selon les critères établis par le Règlement relatif à l’évaluation et l’examen des impacts sur l’environnement de certains projets. »

« Victoire! », a réagi la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’Environnement, Marie Montpetit. « Le ministre Charette prend ses responsabilités à la suite des pressions des oppositions », ajoute la députée libérale.

Pour sa part, par voie de communiqué,  la direction de Sayona Québec mentionne qu’elle prend acte de la conclusion du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec selon laquelle le projet Authier est assujetti « à la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement prévue à la sous-section 4 de la section II du chapitre IV du titre I de la Loi sur la qualité de l’environnement (chapitre Q-2) ».

Rappelons, selon le projet, que la mine à ciel ouvert de la compagnie Sayona ferait un kilomètre de longueur, 600 mètres de largeur et 200 mètres de profondeur. Elle serait située sur le territoire du village de La Motte, à 30 kilomètres d’Amos, mais surtout très près de l’esker Saint-Mathieu-Berry, un long cordon de sable et de gravier, hérité de la fonte des glaciers, qui filtre l’eau qui s’y accumule avant de s’écouler dans une rivière souterraine.

L’eau de l’esker qui alimente la région d’Amos, en Abitibi, et l’usine d’eau Eska a déjà obtenu le titre de « meilleure eau potable au monde ». La minière, elle, tentait de calmer les inquiétudes des citoyens ou encore de la Ville d’Amos en expliquant que les puits d’eau d’Eska sont à 13 kilomètres et ceux d’Amos, à 19 km.