ATTENTES DE LA VILLE D’AMOS ENVERS LES CANDIDATS AUX PROCHAINES ÉLECTIONS PROVINCIALES

POLITIQUE – Afin de faire preuve de transparence et d’intégrité, le conseil municipal de la Ville d’Amos juge bon de lancer ses enjeux électoraux locaux en ce début de campagne. De cette façon, les candidats connaîtront équitablement les priorités de la ville d’Amos et pourront ajuster leur campagne.

Les membres du conseil ont donc établi leur liste des principales priorités.

 

« J’accorde beaucoup d’importance à ce processus démocratique, je m’attends à ce que les candidats s’engagent à défendre nos dossiers », propose le maire d’Amos.

 

 

Institutions
D’abord, la petite piscine de Clair Foyer a besoin d’une réfection majeure, nous avons besoin d’une aide ponctuelle pour maintenir les cours de natation qui touchent les jeunes enfants et nos ainés.

Ensuite, la Commission scolaire Harricana a déposé un projet d’agrandissement de ses gymnases. Ce projet est essentiel pour le maintien et la valorisation de notre sport étude et pour assurer la qualité de l’enseignement. Nous aurons besoin d’une participation majeure provenant du ministre de l’Éducation si nous voulons mener à bien ce projet structurant d’envergure.

MTQ
Les investissements dans le réseau routier ne sont pas suffisants sur notre territoire, les processus sont trop longs et peu efficaces, il en va de la sécurité des usagers. La réfection de la route 395 Sud entre Preissac et Amos n’est toujours pas dans la programmation, les travaux de la 6e Avenue Ouest ne doivent plus être reportés. Nous attendons toujours la section trois voies sur la route 111 vers La Sarre pour ajouter une voie cyclable. Par ailleurs, un plan d’asphaltage des accotements des voies numérotées devrait être réalisé.

Maintenant que la succursale de Canadian Tire est construite, nous devons réaliser le carrefour giratoire pour remplacer les feux de circulation temporaires. Afin de boucler le tronçon, le carrefour tant attendu au coin d’Harricana Aventure devrait également être rapidement priorisé.

Pour notre développement et limiter l’usure prématurée de la 6e Avenue Ouest, j’invite le MTQ à  réaliser, avec notre collaboration, la voie de contournement 395 Sud – 111. Ce projet est essentiel pour le développement de la ville. « Nous sommes les mieux placés pour développer notre localité, ce projet est important dans notre vision court terme d’aménagement de notre territoire », lance M. le maire.

Priorités Ville
Ce n’est pas une cachette, nous avons la ferme intention de réaliser les trois phases de réfection de la 1re Avenue. Nous aurons besoin d’un apport financier considérable pour terminer le projet et ainsi assurer que les matériaux soient semblables, que les arbres aient la même dimension. « Nous avons les mains dedans, une fois terminée, nous pourrons passer à autre chose », réplique Sébastien D’Astous.

 

Nous avons l’ambition de réaliser un centre de développement entrepreneurial où cohabiteraient  organismes de développement, professionnels et enseignants pour permettre l’émergence de nouvelles entreprises. Outre l’aide gouvernementale pour l’infrastructure, nous souhaitons attacher une partie du financement avec des investissements privés locaux. La création d’un fonds à cotisation RÉER de développement local serait un outil efficace pour assurer la réalisation de ce projet. « J’imagine 200 investisseurs locaux, des ambassadeurs, des mentors pour propulser nos entrepreneurs de demain », rêve le maire d’Amos.

Gouvernance
Que les candidats soient avisés, nous vous demandons d’accepter le rôle des municipalités comme réel gouvernement de proximité. Nous sommes proches de nos citoyens, nous connaissons notre territoire et ses particularités. Faites-nous confiance et acceptez les variances de chaque territoire. Nous vous demandons de simplifier et d’accélérer l’autorisation des règlements d’emprunts, laisser nous choisir les priorités de nos plans d’interventions, on veut plus de pouvoir en matière d’urbanisme, de planification territoriale, d’aménagement et de périmètre urbain.

Santé
Enfin, la santé. La population est vieillissante; les besoins sont grands. Nous devons admettre que la centralisation du centre décisionnel n’a pas produit les résultats escomptés. Il y a trop souvent des ruptures de service dans la salle de chirurgie, les services de proximité dans nos CLSC ruraux sont amputés depuis des mois, nous nous attendons à plus pour nos citoyens.

Les dernières années ont été difficiles pour le secteur de la santé à Amos, comment peut-on accepter que dans la région, seule notre MRC n’ait toujours pas de centre d’hémodialyse fixe? Malgré nos demandes répétées, nous n’avons toujours pas obtenu le transfert d’une ambulance sur horaire de faction sur un horaire à l’heure, il faut améliorer la couverture et réduire la pression sur le personnel.

L’agrandissement de l’urgence tarde à se concrétiser, les processus sont trop longs. Il faut passer de la parole aux actes. Nous demandons que la région possède deux IRM, un mobile pour l’ensemble de la région et un fixe à Amos. Nous sommes le centre de traumatologie et d’orthopédie, cet équipement est essentiel pour assurer la qualité des soins. La communauté et la fondation ont ramassé beaucoup de dons pour cette unité, même le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue et le conseil d’administration ont fait une recommandation positive au ministre de la Santé.

En terminant, nous tenons à rappeler qu’Amos avait déposé un projet de radio-oncologie moins dispendieux que celui de Rouyn-Noranda. Nous avons l’espace nécessaire et nous avons les oncologues, nous sommes convaincus que le projet est réalisable pour une fraction du coût. « Les soumissions de l’appel d’offres sont beaucoup plus élevées que prévu, je demande que le projet d’Amos soit relancé, en tout temps l’argent public doit être bien investi », affirme Sébastien D’Astous.

 

 

À propos de l'auteur

Denis Germain

L'informateur Boréal.