Select Page

Ambulances Abitémis, une division de Dessercom, remet 6 défibrillateurs externes automatisés (DEA) à des entreprises et organismes locaux de La Sarre

SANTÉ- En novembre dernier, dans le cadre de son 50e anniversaire, Dessercom annonçait un don majeur de 104 000$ pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue en distribuant ces outils à divers endroits stratégiques pour permettre de sauver des vies.

Les représentants de Dessercom ont remis mardi des défibrillateurs externes automatisés (DEA) à 6 entreprises et organismes de la municipalité de La Sarre. Soit au Motel Villa Mon repos, au bar «La Brute», au Club de golf La Sarre, au Club de golf Duparquet, au centre d’achat «Carrefour La Sarre» et à l’Église de La Sarre.

D’autres DEA seront distribués en Abitibi-Témiscamingue au cours des prochains jours.

Afin de favoriser un accès public facile et rapide aux DEA, un registre provincial existe indiquant l’emplacement des DEA, il est lié à une application mobile gratuite appelée DEA -Québec disponible sur «google play» et «apps store».  Également accessible sur https://dea.jacquesdechamplain.com/

 

Des formations sur l’utilisation des défibrillateurs externes automatisés (DEA) et sur la réanimation cardio-respiratoire (RCR) seront offertes au public au cours du mois de mai 2019 à Rouyn-Norada, Ville-Marie, La Sarre et Amos.

L’importance du DEA
Au Canada, entre 35 000 et 45 000 personnes meurent chaque année d’un arrêt cardiorespiratoire subit.
Un DEA est un appareil servant à identifier une dysfonction importante du rythme cardiaque et à administrer une décharge électrique destinée à rectifier l’activité électrique anormale du cœur. Le DEA constitue un moyen pratique et efficace d’obtenir une défibrillation rapide hors du milieu hospitalier. Pour chaque minute d’attente avant la défibrillation, le taux de survie lors d’un arrêt cardiaque diminue de 7 % à 10 %. Après plus de 12 minutes de fibrillation ventriculaire, le taux de survie chez l’adulte se situe sous les 5 %. La fondation des maladies du cœur et de l’AVC recommande un accès généralisé aux DEA, particulièrement dans les endroits à haut risque d’arrêt cardiorespiratoire subit et que le plus de gens possible reçoivent une formation et soient encouragés à utiliser la réanimation cardiorespiratoire (RCR) et le DEA lorsque la situation se présente.

À propos de l'auteur

Denis Germain

L'informateur Boréal.